Introduction

Phiip est l'auteur de lapin et du râteau de la Méduse.

Aux éditions lapin, il a publié :
- lapin 1, je suis un lapin
- les rois du management
- le petit livre des citations idiotes
- le petit livre des citations idiotes, épisode 2
- à la recherche de tonton lapin

Biographie

Dès tout petit, Phiip gribouille dans ses cahiers d'école, mais dès tout petit, il est trop fainéant pour faire vraiment de la BD. Il apprend à dessiner quand même, fait quelques timides essais de BD, mais apprend un vrai métier avec des routes et de l'urbanisme qui rapporte des brouzoufs, puis il exerce le métier en question. Expatrié de Tarbes à Lille, il s'attache à la ville, au pays, aux gens, il s'installe et c'est là qu'il trouvera toute l'inspiration pour lapin.

Sinon, Phiip n'aime pas beaucoup donner des informations précises sur lui même, même si, paradoxalement, il adore quand on le reconnaît et qu'on lui dit :
- "C'est toi qui fait lapin ? Oh, sans déc ? Aaaaah, aaaah (le sujet effectue une génuflexion), je peux vous baiser les pieds ?"

Si c'est arrivé, juré craché.

Une fois.

Comme ses personnage n'ont pas ou peu de nom (le lapin s'appelle lapin, l'ourse verte s'appelle l'ourse verte, le caillou ne s'appelle généralement pas), Phiip aurait dû s'appeler "l'autre type là, celui qui dessine lapin, là", mais c'était beaucoup trop long à écrire alors il a prit la contraction d'un prénom quelconque.

Qu'est-ce qu'il fait exactement, Phiip ?

Phiip est l'auteur de lapin, qu'il réalise et envoie tous les jours. Il traduit lapin en rabbit comics tous les jours aussi. Il traduit plein de webcomics anglophones pour les mettre sur le portail lapin (Les Céréales du dimanche Matin, Kreepy Kat, Une Modeste Destinée, Ninja Blanc, etc.).

Panégyrique

Dieu des auteurs mondiaux de comics strips quotidiens, Phiip a inspiré les artistes les plus divers, du Caravage à Scott Adams en passant par le Corbusier et Claude François.

Né à Oran en l'an 215 avant Jésus Christ, Phiip suit les cours de l'école d'enluminure de Pompéi avant de la racheter et d'y enseigner lui-même. Des événements climatiques inattendus l'obligent à changer de ville, en faisant un véritable globe trotteur de la culture.

Il apprend successivement le serbo-croate, la peinture sur soi, l'art de la manucure, les secrets du photomontage avec le service communication de l'armée de Georges Bush 1er et le dressage des éléphants avec le sieur Hannibal.

Artiste international, touche à tout, indéfinissable, sa principale ambition est de dominer le monde culturel internaute dans un délai de six mois maximum, parce qu'il "n'a pas que ça à foutre non plus".

A cet effet, il fait semblant de faire des BDs et les envoie tous les jours à une sélection de punis tirés au sort. Des interviews de Phiip

Y'en a eu plusieurs, elles sont ici :
- Interview par Jif dans le Talie Zine
- L'interview de Tet2brick sur Parano
- L'interview de Jif dans l'Echo des Villages
- interview de Xavier Gillard pour Bédéka

Et aussi : tous les écrits de Phiip.

Le portrait chinois

A la demande générale (en particulier de mon chat, il a dit un truc genre « miaou », moi j'ai supposé qu'il voulait que je fasse mon portrait chinois), j'ai donc fait mon portrait chinois.

Si j'étais un animal : ben, je serais un animal
Si j'étais une fleur : ben, je serais une fleur
Si j'étais un parfum : ben, je serais un parfum
Si j'étais un vêtement : ben, je serais un vêtement
Si j'étais un bijou : ben, je serais un bijou
Si j'étais un livre : ben, je serais un livre
Si j'étais un plat : ben, je serais un plat
Si j'étais une boisson : ben, je serais une boisson
Si j'étais un moyen de transport : ben, je serais un moyen de transport
Si j'étais une pierre : ben, je serais une pierre
Si j'étais une couleur : ben, je serais une couleur
Si j'étais un paysage : ben, je serais un paysage
Si j'étais une plante : ben, je serais une plante
Si j'étais une saison : ben, je serais une saison
Si j'étais un bâtiment : ben, je serais un bâtiment

Bon, ça va aller, là, je crois…
Ah, si, un dernier, sur le cinéma, parce que j'aime le cinéma :
Si j'étais un film : ben, je serais un film

Voilà, c'était mon portrait chinois.

Notes importantes

Toute leur vie, les gens hésitent entre modestie et mégalomanie.
J'ai choisi.
Les deux.